Actualité

31-05-2018

les marchés en Mai 2018

Dans la foulée du mois précédent les marchés actions européens ont d’abord fait preuve d’optimisme, le CAC 40 débutant à 5 528 points pour atteindre 5 641 (un plus haut de 10 ans !) avant de se retourner brutalement et finir à 5 398 points pénalisé par les craintes politiques en Italie et en Espagne.

 

• La Zone Euro est malheureusement de nouveau au centre des débats !

Après des élections législatives italiennes à l’automne dernier marquées par une fracturation de l’échiquier politique, deux partis populistes extrémistes (le Mouvement 5* et la Ligue du Nord) opposés politiquement mais alliés de circonstance semblaient en passe de pouvoir constituer un gouvernement dirigé par Guiseppe CONTE dans lequel aurait figuré un ministre de l’Economie très hostile à l’Euro. Devant cette perspective, le Président de la République italienne S. MATARELLA a refusé cette nomination entraînant la démission immédiate de G. CONTE.  

Devant cette impasse les discussions entre les partis populistes et le Président ont reprises et deux hypothèses semblent se dessiner à l’heure où nous écrivons ces lignes: un nouveau gouvernement soutenu par les deux partis populistes et présidé par G. CONTE (!) mais sans le ministre de l’Economie contesté ou bien la constitution d’un gouvernement « technique » chargé d’expédier les affaires courantes jusqu’à de nouvelles élections législatives.

En Espagne, les « errements » coupables (corruption, concussion, financements illégaux, etc…) du PARTI POPULAIRE depuis des années viennent d’être lourdement sanctionnés par une décision de justice isant en outre directement le Premier Ministre M. RAJOY, actuel chef de ce parti.

Alors qu’aux dernière élections législatives son parti avait bénéficié d’une majorité relative, M. RAJOY se trouve maintenant à la merci d’une motion de censure qui pourrait être adoptée si les socialistes, les artis PODEMOS et CIUDADINOS et/ou les indépendantistes venaient à s’allier.  

• Sur le plan macro-économique, les indicateurs restent toujours bien orientés tant aux USA qu’en Europe, même si cette dernière semble connaître un « léger coup de mou » après un début d’année très prometteur (indices manufacturiers et des services, confiance des consommateurs, moral des ménages, etc.)

• Après la forte progression observée depuis le début de l’année, il n’apparaît pas anormal que les marchés actions affichent une forme de prudence guettant : de nouveaux développements en Italie et en Espagne, une 6ème hausse des taux (?) par la Réserve Fédérale et concomitamment l’évolution des taux LT en Europe, tout en gardant un œil sur les messages envoyés par les sociétés américaines avant les premières publications trimestrielles (T2) début Juillet.

 

< Retour